vitess_coque.jpg
 
Une carène large et plate en "U" qui peut naviguer vite :
 

alabtros bassin essai retouche 111122


Héritière de 50 ans de yachting moderne, la carène de l’Albatros allie les caractéristiques du catamaran et du monocoque. Très large, la coque est conçue pour marcher avec un léger angle de gîte, offrant alors une carène fine et une surface mouillée réduite. Le bateau est très léger. Il est dessiné comme un catamaran dont les coques se rejoindraient à l’étrave.
 
Légèrement gîté  (7 à 10 °), seule la moitié de la coque est dans l’eau, il a ainsi une grande stabilité et la traînée d’une coque étroite. Cette coque est désaxée, il faut alors que la dérive et la voilure trouvent un nouvel axe.
 
Le perfectionnement de cette carène a été vérifiée par simulation avec le logiciel d’écoulement hydrodynamique "Isis", développé par Centrale de Nantes (diffusé par  NUMECA). Avec une telle carène l’Albatros peut planer gîté.
 
Un plan de pont simple et clair :

pont.jpg

L’Albatros offre à son équipage un espace large et dégagé où l’on est tout de suite à l’aise :

  • L’Albatros est largement ouvert à l’arrière : le cockpit est autovideur.
  • L'écoute de grand voile revient au pied du barreur
  • Les manœuvres sont regroupées sur un pupitre derrière la dérive sur une console centrale
  • écoutes de foc, enroulement du foc,  drisse de spi, enrouleur de spi, sortie du tangon,
  • amure de spi, la drisse de relevage de la dérive, drisse de maintien  en position basse pour la sécurité
  • La drisse de grand voile est au pied du mât.
  • Deux sangles sont disposées sur toute la longueur du cockpit
  • Une sangle de chaque côté est maintenue à 5 cm du pont par un tendeur pour glisser facilement les pieds dessous.
  • A l’avant se trouvent les accrochages du mouillage, des éléments de sécurité, d’un bidon étanche,
  • Le foc est sur un emmagasineur
  • Le spi est soit envoyé sur drisse, soit monté sur emmagasineur
  • La grand voile est hissée par une drisse qui redescend dans la gorge du mât